Coin Lecture

Carry On de Rainbow Rowell

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

Dès la lecture du résumé de Carry On, un goût de déjà vu arrive. Un mage élu de prophétie, orphelin, élève dans une école de magie anglaise, avec une meilleure amie intello et un nemesis. La référence à Harry Potter est directe et volontaire.

Rainbow Rowell s’engouffre dans la fanfiction. La fanfiction quézako ? Il s’agit d’un écrit qui vient prolonger l’œuvre d’un autre auteur.

Elle avait publié en 2013 FanGirl. Ce roman traitait de Cath, autrice de fanfiction, autour de Simon Snow. Carry On est sa vision du récit de Simon Snow. Il s’agit de sa vision de l’épopée du héros. Les références sont donc volontaires. Une fois le contexte posé, la lecture de Carry On est beaucoup plus agréable.

Sans ce contexte, mes premières minutes de lectures ont été amères. L’impression de copier coller de l’oeuvre de JK Rowling était trop forte. Et ce n’est clairement pas l’angle de lecture qu’il faut adopter. Mais voilà, quand Harry Potter représente un pan important de ta vie de lectrice, c’est compliqué de le laisser de côté. Mais la volonté de savoir l’épopée de ce héros pas très doué en magie était assez forte.

Au final, on rentre assez facilement dans la lecture. On connaît les codes utilisés. Même si l’entrée en dernière année d’étude peut déstabiliser, on comble les trous assez facilement. L’univers de la magie est familier pour Simon. On ne le découvre pas avec lui. Et pour autant cela ne manque pas.

L’histoire d’amour qui va se mettre en place est prévisible et pourtant rafraîchissante. Et je crois que c’est ce qu’il découle de toute la lecture. C’est prévisible et pourtant on ne peut s’empêcher de tourner les pages.

Je recommande la lecture si vous chercher quelque chose de léger et facile à lire.

Edition Pocket Jeunesse (2005) (584 pages)
Jeunesse, Fantasy, Romance
Note : 14/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s