Coin Lecture

Les sœurs Carmines : Belle de Gris d’Axel Hozl (tome 2)

Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons. En tout cas, elle ne compte pas rater la fête. Quitte à écumer les bas-fonds surnaturels de Grisaille, frayer avec des criminels, travailler dans une morgue ou rejoindre un culte. S’il le faut, elle ira même jusqu’à tuer demander de l’aide à sa petite sœur. Car Tristabelle Carmine est une jeune femme débrouillarde, saine et équilibrée. Ne laissez pas ses rivales ou ses admirateurs éconduits vous convaincre du contraire. Ils sont juste jaloux. Surtout les morts.

Il y a un petit peu plus d’un mois, je venais présenter l’univers des sœurs Carmines. Grisaille et les trois sœurs m’avait séduites.
Le focus sur Tristabelle est une partie de plaisir. Le premier tome m’avait laissé un goût amer à son sujet. Ressenti totalement expliqué par le fait qu’elle nous était présentée par le prisme de Merryvère.
Mais être dans la tête de la belle Tristabelle amène à une série de situations toutes plus cocasses les unes que les autres. L’aînée des trois sœurs a un bon côté sociopathe.

« Et puis, les maris, c’est comme les chatons : ils paraissent mignons au début, mais ils grossissent, réclament de plus en plus d’attention et risquent même de vous faire des petits. Vous finissez par ne plus avoir qu’une idée en tête : noyer tout le monde. »


Une lecture de nouveau agréable, drôle. Tristabelle s’adresse directement à nous comme si nous étions une petite voix dans sa tête. Ses remarque et la perceptions qu’elle a de soi fait rire. On devrait détester cette fille imbue d’elle même, prête à entraîner la mort d’autrui pour s’élever socialement. Mais on redemande un peu plus de cette folie au cœur de pierre.

Genre : Jeunesse ; Fantasy
Editions Mnémos (Naos) ; 265 pages ; 16/11/2017

Note 18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s